L’acronyme RSE, de plus en plus répandu ces dernières années, cache derrière lui deux réalités importantes pour les organisations en termes de communications.  L’un étant externe (responsabilité sociale d’entreprise), l’autre étant interne (réseau social d’entreprise).

Responsabilité sociale d’entreprise (RSE)

Bien qu’il s’agisse d’un élément connu depuis longtemps, la responsabilité sociale d’entreprise (RES) prend de plus en plus de place ces derniers temps, au point d’être devenue un incontournable dans plusieurs secteurs d’activités. Dans un monde de plus en plus compétitif, l’organisation qui prend conscience de son impact social et environnement peut bénéficier d’un avantage concurrentiel. Mais attention, il ne s’agit pas d’une trousse de maquillage pour se donner une belle image. Il s’agit d’une démarche stratégique, à même les processus et les objectifs d’affaires. Il doit s’agir d’actions qui soient cohérentes avec la nature et la mission de l’organisation.

Bien entendu, il y a une portion communication très importante liée à la responsabilité sociale d’entreprise. Le volet relations publiques tentera de faire connaitre les orientations et les actions de l’organisation. Mais le plus important demeure l’écoute. Car le succès d’une telle démarche repose sur la concertation, la collaboration avec les milieux et partenaires d’affaires. D’ailleurs, des firmes ont émergé ces dernières années pour accompagner les organisations dans des démarches de consultation, que ce soit auprès de citoyens ou des diverses parties prenantes, et les activités de formation sur le sujet se multiplient.

Bref, il s’agit d’une démarche qui peut sembler complexe, mais qui au final peut être très payante.

Réseau social d’entreprise (RSE…)

Du côté interne, le réseau social d’entreprise (aussi RSE) est un concept que l’on retrouve surtout dans les grandes entreprises, mais qui concerne tout type d’organisation. La multiplication des outils de communication numérique c’est dernières années (forums, blogues, réseaux sociaux, wikis, chat) a permis l’apparition de nouveaux modes d’échange que l’on retrouve non seulement dans nos vies personnelles, mais professionnelles également.

Bien que comparable à un intranet (la distinction est parfois floue), divers usages peuvent être faits d’un réseau social d’entreprise. Le RSE, qui peut sembler moins formel même si des règles doivent s’y appliquer, permet davantage l’échange entre individus et la collaboration. En voici quelques exemples :

  • Dans une organisation de plusieurs centaines d’employés (ou même quelques dizaines), on ne connait pas tout le monde. Or, si nous avons une question sur un sujet précis, il est parfois ardu de trouver la personne à qui parler. À l’aide de profils d’employés, dans lequel on retrouve des mots clés ou des compétences (et non pas un simple titre et une direction), on peut dès lors chatter ou envoyer un courriel à la personne. Ou alors, on peut poser la question à tout hasard, à tous, en espérant une réponse… comme nous le faisons sur Facebook.
  • Le départ d’un collègue, présent depuis longtemps dans l’organisation, entraine son lot de perturbation du fait qu’il quitte avec toute sa connaissance. Bien qu’il soit utopique de penser tout conserver, l’utilisation d’un wiki (ou autre) comme base de connaissance peut faciliter la transition. Car ce n’est plus seulement l’individu qui construit ses connaissances, mais l’organisation. Ou, pour d’autres, un tel usage va permettre d’éviter de répéter ad nauseam les mêmes réponses aux mêmes questions…

Bien entendu, les employeurs sont parfois réticents à instaurer de tels systèmes, pensant qu’il peut s’agir d’une perte de temps et que les gens y échangeront des infos peu pertinentes (des images de chats cutes par exemple!). Mais ils oublient que les employés échangent déjà des infos pertinentes entre eux en personne et, surtout, qu’ils seraient plus productifs avec la bonne information facilement accessible.

Et c’est sans compter le recours au travail collaboratif en ligne, plutôt que la réunion. Même s’il est indéniable que des rencontres en personne sont souhaitables à l’occasion, il est de plus en plus connu que le temps passé en réunion est trop important… et que le retour sur investissement n’est pas forcément au rendez-vous? Avons-nous réellement quelque chose à perdre d’essayer d’autres façons de faire?

En conclusion

Bref, que l’on parle de responsabilité sociale d’entreprise ou de réseau social d’entreprise, surveillez bien ces trois lettres.

Consultant et stratège en communications numériques et web, passionné par toutes ses formes, tant stratégiques que graphiques et technologiques. J’aime parler stratégies web, sites web, intranets, gestion de crise, gestion de réputation, image de marque, campagnes web, médias sociaux, référencement, commerce électronique… et WordPress!

Vulgarisateur apprécié, je vous aide à traduire vos besoins d’affaires en termes numériques, à apprivoiser l’univers des technologies de l’information et à adopter de bonnes pratiques.

Share This
Ah oui, avant d'oublier...

Ah oui, avant d'oublier...

Vous avez aimé ce que vous avez vu, lu? Abonnez-vous pour ne rien manquer : aticles de blogue, nouveautés, primeurs... et qui sait, peut-être des prix à gagner éventuellement!

You have Successfully Subscribed!